Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 décembre 2013 1 16 /12 /décembre /2013 08:30

FONDATION MARJOLIN, Société Philanthropique-Montmartre

37 rue Eugène-Carrière-75018 PARIS

Cet établissement a été le premier hôtel meublé pour Dames et Jeunes Filles seules. 

Il faut à ce sujet rappeler les noms de M. le Docteur et de Mme Marjolin, née Ary Scheffer, ainsi que le nom de Mme la baronne Hirsch de Gereuth, dont les libéralités ont mis la Société philanthropique, présidée par M. le prince d’Arenberg, membre de l’Institut, aidé d’une commission spéciale de la Société, présidée par M. Georges Picot, secrétaire perpétuel de l’Académie de Sciences morales et politiques, à même d’inaugurer, le 27 mai 1902, le premier hôtel meublé pour Dames et jeunes filles seules construit spécialement à Paris en vue de sa destination.

Foyer Jeunes travailleurs Montmartre 3

Le programme donné à l’architecte peut être ainsi rappelé.
Vingt chambres et trente-six chambrettes, confortablement meublées, inondées d’air et de lumière, devaient être mises à la disposition des locataires aux prix minimes de un franc pour les chambres et de soixante centimes pour les chambrettes.
Une salle de réunion, une salle à manger, attenant à un fourneau-restaurant, qui délivrera à des prix très modiques les plats que les locataires demanderont, des salles de bains, douches, etc. (…)

http://p5.storage.canalblog.com/52/21/561549/35263044_p.jpg

L’entrée de l’hôtel est sur la rue des Grandes carrières. À gauche de cette entrée sont le bureau et le logement simple mais bien complet, de la directrice, desservi par un couloir de dégagement. En face, l’entrée est un vestibule central, de forme hexagonale irrégulière donnant accès à la salle de réunion, elle aussi formant un hexagone irrégulier à l’angle des rues Grandes-Carrières et Carpeaux ; à la salle à manger, à un autre couloir de dégagement desservant les water-closets et à l’escalier conduisant au sous-sol et aux étages supérieurs.

Dans la salle à manger, au milieu du mur du fond, est un guichet communiquant avec la cuisine du fourneau-restaurant installé dans le quartier par la Société philanthropique, fourneau-restaurant bien aménagé, délivrant aux malheureux des portions copieuses en échange de bons de dix centimes reçues en aumône ; mais fourneau destiné à faire au plus bas prix (quinze et vingt centimes), de véritables plats mis à la disposition des locataires de l’hôtel ainsi qu’à leur fournir, à prix de revient, le pain, le vin et les autres denrées courantes de l’alimentation.

http://p1.storage.canalblog.com/10/40/561549/35263240_p.jpg

Foyer Jeunes travailleurs Montmartre 2

Il faut insister sur la proximité de ce fourneau qui assure aux locataires de l’hôtel des aliments de bonne qualité, proprement préparés, en quantité suffisantes et dans des conditions de prix qu’elles ne pourraient trouver nulle part ailleurs, en même temps qu’il faut remarquer que ces aliments sont consommés dans une salle à manger confortable où ces locataires se rencontrent entre elles, en dehors de toute personne étrangère à l’hôtel.

Le plus beau du sous-sol montre, du côté de la rue des Grandes-Carrières, de vastes caves ; au centre, le calorifère chauffant tous les étages ; la buanderie, et, du côté de la rue Carpeaux, quatre salles de douches et quatre salles de bains convenablement aménagées.
Au-dessous de la cuisine et de la salle de distribution du fourneau-restaurant sont les caves spéciales de cet établissement et les puits qu’il a fallu descendre jusqu’au sol non fouillé afin de porter la construction. Car il ne faut pas oublier que l’hôtel est élevé dans le quartier des Grandes-Carrières.

Foyer Jeunes travailleurs Montmartre 1

Fidèle aux principes fondateurs de la Société Philanthropique, la FONDATION MARJOLIN est un établissement mixte, à vocation sociale.

L’hébergement qu’elle propose est prioritairement réservé à des jeunes salariés aux ressources modestes, âgés de 18 à 28 ans, et à des étudiants, dans la limite des places disponibles.

Le critère de ressources s’avère primordial dans la sélection des candidatures. — Cf rubrique ACCEPTION —.

NB- Seules les candidatures individuelles sont prises en considération, à raison de la vocation sociale de la FONDATION MARJOLIN.

Foyer Jeunes travailleurs Montmartre 4

Aujourd'hui les choses ont bien changé :

Notre établissement ne répond plus aux sollicitations des associations culturelles souhaitant réserver un quota de chambres.

Notes personnelles : Il y a quelques années encore, La Fondation Marjolin, acceptait d'héberger gratuitement dans ses boxes au tout dernier étage, les femmes et jeunes filles sans hébergement et en période hivernale seulement. Juste une couverture leur était donné à leur arrivée. Pas d'aide pour la nourriture, pas de ticket de transports. C'est pour cette raison que la Fondation n'accepte plus que les assistantes sociales ou autres, leurs "imposent" l'hébergement de personnes sans ressources.

D'ailleurs à ce sujet, nous recherchons de jeunes femmes qui auraient été hebergées dans ces boxes, pendant l'hiver 1985-1986.

* Sources : link

Partager cet article
Repost0
3 avril 2013 3 03 /04 /avril /2013 05:33

Les mosaïques de Jérôme Gulon

Si vous êtes curieux, vous avez certainement aperçu dans Paris, les mosaïques de Jérôme Gulon. Ce céramiste a réalisé plusieurs parcours artistiques, dont un consacré à la Commune, qui s'étend de la Bastille au Quartier Latin, et de la Butte Montmartre à la Butte-aux-Cailles.

Jérôme Gulon est un des premiers à avoir introduit la mosaïque dans l'art urbain. 

Plaque Louise Michel Montmartre 1

Jérôme Gulon a réalisé cette moqaïque de Louise Michel , grande figure de la Commune. Plusieurs dizaines d'autres figures de la Commune sont éparpillées dans les rues de Paris. Après la chasse aux oeufs de Pâques, allons à la chasse aux portraits de cet artiste hors du commun.

Plaque Louise Michel Montmartre 2

Cette mosaïque se trouve rue Véron, pas loin de la rue Lepic à Montmartre.

Partager cet article
Repost0
28 février 2013 4 28 /02 /février /2013 07:11

Monument à la mémoire de Théophile-Alexandre Steinlen

Le square de la place Constantin Pecqueur devenu le square Joël Le Tac (inauguré le 2 février 2012), d'une superficie de 866 m²,  situé sur le flanc nord de la Butte Montmartre a été crée en 1935, l'année suivante a été installé un monument à la mémoire de Théophile-Alexandre Steinlen (1859-1923) peintre, dessinateur , qui a créé l'affiche pour le cabaret  Le Chat Noir.

Statues Montmartre 28 février 2013 2

Le monument comporte au sommet un couple populaire s'embrassant et deux bas-reliefs de bronze représentant d'un côté une scène de rue avec marchands de quatre saisons et de l'autre des ouvriers au travail.

Statues Montmartre 28 février 2013 1

Statues Montmartre 28 février 2013 3

Ces bronzes fondus durant l'occupation en 1942 , on été reconstitués en 1962 à partir des plâtres conservés.

Statues Montmartre 28 février 2013 4

Théophile-Alexandre Steinlen, peintre, dessinateur lithographe Suisse naturalisé Français (1859-1923). Il étudie la théologie, puis, il se tourne vers l’art, suivant une formation au dessin d’ornement industriel. En 1881 il vient à Paris, puis, il s’installe à Montmartre, il fait rapidement connaissance du Dr.Willette frère du peintre A. Willette qui l’introduit dans le cercle du Chat Noir R. Salis où il fréquente Toulouse-Lautrec, Aristide Bruant, Vallotton, A. Allais etc… Collabore aux journaux  "Le Chat Noir", Le Mirliton. Il réalise des affiches  : Trouville-sur-Mer  pour  Yvette Guilbert, Aristide Bruant etc ... Dessins : L'omnibus, Jeune femme au buste découvert. Lithographies  : Tournée du Chat Noir, Les deux chats etc ..

* Source : Le site de Montmartre

02p08sk6

Partager cet article
Repost0
27 février 2013 3 27 /02 /février /2013 07:03

Le Mur des Je T'aime

"Le Mur des Je T'aime" est un espace dédié aux amoureux du monde entier, où les mots d'amour se conjuguent dans toutes les langues !

Article 27 février 2013 1

Des "Je t'aime", on en voit gravés ou écrits dans toutes les langues du monde !

Article 27 février 2013 2

En 1992, Frédéric Baron rêvait d'un tour du monde consacré aux amoureux. Ce voyage, il va le faire au cours de rencontres dans les rues de Paris. Il demande d'abord à son frère puis à des voisins étrangers, d'écrire ces mots d'amour dans leur langue.

Article 27 février 2013 3

Ainsi de suite, il recueille 1000 "Je t'aime" écrits dans plus de 300 langues et dialectes du monde entier. 

Avec le concours de la calligraphe Claire Kitto, il assemble toutes ces écritures et imagine de les reproduire sur un mur. Il confie alors la réalisation de l'oeuvre à un artiste spécialiste des murs peints. Paris, la ville des amoureux par excellence, ne pouvait rêver mieux que Montmartre pour un tel lieu de rencontre !

Article 27 février 2013 4

"Le Mur des Je T'aime", est construit sur une surface de 40 m² à partir de 511 carreaux en lave émaillée, sur lesquels des éclats de couleur représentent les morceaux d'un coeur brisé. Le format des plaques de lave rappelle celui des feuilles de papier sur lesquelles Frédéric Baron a recueilli les écritures manuscrites. 

On peut voir "Le Mur des Je T'aime", entouré de verdure, dans le square Jehan Rictus, derrière la place des Abbesses.

* Source : http://www.montmartre-guide.com/hi/histoire-et-lieux-celebres-de-montmartre/page2/i23/le-mur-des-je-t-aime.html/

Partager cet article
Repost0
26 février 2013 2 26 /02 /février /2013 08:11

Le vignoble du "Clos Montmartre"

A l’origine de la Fête des Vendanges, un terrain au coeur du Village de Montmartre, propriété de la Ville de Paris à l’angle des rues des Saules et Saint-Vincent planté sur une surface de 1 556 m2 de 1 762 pieds de Gamay, Pinot Noir, cépages métis de différentes régions.

Montmartre les vignes 2

Symbole d’une ancestrale tradition viticole qui trouve sa source à l’époque gallo-romaine et connaît son apogée à la fin du 18è siècle, le vignoble de Montmartre est né en 1933 du remarquable projet d’une poignée d’hommes de bonne volonté, actifs au sein des associations locales, qui tenaient à l’origine à sauver le terrain de l’urbanisation et auxquels la Mairie apporta son soutien.

Montmartre les vignes 1

Le Clos Montmartre ne serait ce qu’il est aujourd’hui sans Pierre Labric, Maire de la Commune Libre, Forain, Poulbot et Willette, fondateurs de la République de Montmartre, ou encore Victor Perrot, Président de la Sté d’Histoire et d’Archéologie « Le Vieux Montmartre», ni le concours de nombreuses communes qui ont offert à ce Clos ses 3250 pieds de vigne d’origine. Il en va de même pour la 1ère Fête des Vendanges de Montmartre qui s’est tenue dès 1934 … alors que la vigne ne donne du raisin que dans sa 3ème année… C’est encore une fois grâce à la générosité des vignerons, du Beaujolais notamment, qui ont offert à Montmartre ses premières grappes pour que la Fête soit !

* Source : Site de Montmartre

Partager cet article
Repost0
25 février 2013 1 25 /02 /février /2013 03:34

Le Moulin le Radet 2

Le Radet.

Le Radet, au n° 83,  a été construit en 1717. La famille Debray acquiert les deux moulins en 1809 et y fait de la farine. En 1870, il fut transformé en guinguette les dimanches et jours fériés, il prend alors le nom de "Moulin de la Galette", victime du progrès (il n'était pas équipé d'ailes Berton) et de la concurrence.
Cette enseigne sera transférée vers son proche voisin Le Blute-Fin. Une association "Les Amis du Vieux Montmartre" le sauve de la destruction en 1915. En 1924, son propriétaire le déplace à l'angle des rues Girardon et Lepic. Dans les années 1960 il a été entièrement reconstruit et il est restauré en 1978. 
En octobre 2001, Marcel Charron, charpentier-amoulageur, est chargé de la rénovation des ailes.

Il est l'emblème aujourd'hui du restaurant "Le Moulin de la Galette".

Le moulin le Radet 1

Restaurant "Le Moulin de la Galette"

Ouvert depuis 2009 par Antoine Heerah le restaurant Le Moulin de la Galette à deux pas du Sacré Coeur et du Moulin Rouge, l'un des joyaux de la Butte Montmartre, qui pourrait paraître inaccessible pour la plupart, se veut aujourd'hui être apprécié de tous. 

Raffinée, inventive et subtile, la carte change selon les saisons et les envies du chef Roger Heerah, pour le plus grand plaisir des gourmets qui apprécient la fraîcheur des produits du marché.

Au milieu d'une clientèle cosmopolite : touristes, hommes d'affaires, politiques et showbiz, vous pourrez déguster des mets raffinés, servis tout en couleur et dans un cadre fraîchement actualisé.
En savoir plus sur http://www.restoaparis.com/fiche-restaurant-paris/le-moulin-de-la-galette.html#VKDDV0RUDK61cik2.99 

Partager cet article
Repost0
23 février 2013 6 23 /02 /février /2013 01:30

"Sauver Paris, c'est plus que sauver la France, c'est sauver le monde" de Victor Hugo extrait du "Depuis l'exil"

La photo du weekend 23 février 2013 

Partager cet article
Repost0
22 février 2013 5 22 /02 /février /2013 07:28

Le Blute Fin

Il ne reste que deux moulins à Montmartre sur les douze que comptait la Butte : Le Radet et le Blute Fin.

Le Blute-Fin a conservé intact son mécanisme intérieur, ses meules et la petite habitation aménagée dans son pied en maçonnerie. On ne peut malheureusement que l’entrevoir de la rue Lepic, car il fait partie d’une propriété privée et on ne peut pas le visiter

Moulin 3-copie-1

Moulin 6

C'est en hiver qu'on le voit le mieux. L'été il est bien caché derrière les arbres. 

Moulin 4

Moulin 5

Photos prises de la rue Lepic. Durant des années, il fut équipé d'ailes de type flamand comme on peut encore l'apercevoir sur des cartes postales anciennes.

Dans les années d'après-guerre, on pouvait monter sur la terrasse du toit afin d'apercevoir le tout Paris. Il se trouve à présent dans une propriété très surveillée, impossible de le photographier de plus près !

Vous pouvez aussi voir le Blute Fin de l'Avenue Junot :

Moulin 2

Moulin 1

Partager cet article
Repost0
21 février 2013 4 21 /02 /février /2013 07:45

Maison Poulbot 4

Au N° 13 de l'avenue Junot, vous êtes face à l’hôtel particulier de Poulbot, le peintre de Montmartre et de ses gamins.

Maison Poulbot 1

Le succès venu, il se fit construire cette maison, avec sa frise de Pierrots gourmands en façade. C’est comme un hommage rendu aux enfants déguenillés de la butte qui l’inspirèrent tant et pour lesquels il ouvrit, en 1921, un dispensaire.

Maison Poulbot 2

Maison Poulbot 3

Francisque Poulbot, né à Saint-Denis le 6 février 1879 et mort à Paris le 16 septembre 1946, est un affichiste, goguettier, dessinateur et illustrateur français. 

Le néologisme « poulbot » a été créé en référence à ses nombreuses illustrations représentant des titis parisiens : les gamins des rues. Une illustration de Gavroche, le célèbre personnage du roman Les Misérables de Victor Hugo, en est le parfait exemple.Maison Poulbot Francisque Poulbot 1913

Né dans une famille d'enseignants – ses parents sont instituteurs –, Francisque Poulbot est l'aîné de sept enfants. Doué pour le dessin, il n'ose cependant pas se présenter à l'Ecole des Beaux-Arts . À partir de 1900, ses dessins commencent à être publiés dans la presse. Il s'installe à Montmartre et épouse, en février 1914, Léona Ondernard, avant de partir pour le front ; il est cependant réformé l'année suivante. Durant la Grande Guerre, il signe des affiches et des cartes postales patriotiques, ce qui lui vaudra, pendant la Seconde Guerre mondiale, sous l' occupation allemande, d'être assigné à résidence.

Très attaché à la vie montmartroise, Poulbot s'associe, en 1920-1921, à la création de la «République de Montmartre » avec ses amis Adolphe Willette, Forain et  Maurice Neumont. Il est à leur côté membre de la goguette du Cornet. En 1923, pour venir en aide aux enfants nécessiteux de Montmartre, il ouvre un dispensaire rue Lepic.

Il meurt à Paris le 16 septembre 1946 et est inhumé au cimetière de Montmartre. 

* Source : Wikipédia et le site de Montmartre.

Partager cet article
Repost0
20 février 2013 3 20 /02 /février /2013 08:01

Le Maquis

Fin XIXème, sur le versant nord de Montmartre, il existe un vaste terrain vague appelé le Maquis. De nombreuses baraques en bois ou en dur s'y sont peu à peu construites. Même si cela ressemble à un bidonville d'aujourd'hui, ce n'est pas tout à fait le cas, car on y trouve aussi de petites fermes, des jardins et même un "château" (le Château des Brouillards) qui abrita la famille Renoir. Il y vit tout une population très typique du monde montmartrois de l'époque : chiffonniers et misérables, apaches, mais aussi bohèmes et artistes, peintres, marginaux de tout genre, etc. Il sera détruit en 1910 afin que soit percée l'avenue Junot. 

Le Maquis Montmartre 1On peut apercevoir sur la droite de la photo, le "bateau-lavoir" et des ateliers d'artistes.

Le Maquis Montmartre 2Derrière les moulins - 29 mai 1904

Le Maquis Montmartre 3Le Maquis en 1907

Le Maquis Montmartre 4L'Impasse Girardon - 10 Juillet 1904

Le Maquis Montmartre 5

Le terrain argileux de la butte empêchait la construction d'immeubles… Fin XIXe, on y construisit des maisons de bois, et l'endroit acquit très vite une mauvaise réputation.

"Sorte de vaste terrain vague en pente assez abrupte, le Maquis s'accrochait au flanc nord de la Butte dans une zone délimitée entre la rue Caulaincourt et le Moulin de la Galette. Diverses maisons en "dur" formaient comme un rempart à la partie basse du Maquis, le long de la courbe depuis l'immeuble du N° 42, construit en 1894, jusqu'à la place Constantin-Pecqueur, N° 6 et 4, construits en 1902. A l'instar de la "Zone", cet espace non constructible situé au pied des fortifications tout autour de Paris, le Maquis était à l'origine une agglomération de fragiles petites baraques entourées de jardinets, où les plus modestes tentaient de cultiver un terrain glaiseux et instable. N'en attendant rien, car jugé inconstructible, les propriétaires de ce vaste terrain en avaient alors loué des parcelles à vil prix. 

A partir des années 1890, cependant, certaines de ces installations furent remplacées par des constructions plus solides, créant ainsi un village fait de bric et de broc dont l'"architecture" paraissait bien aléatoire." (La vie secrète de Montmartre de Philippe Mellot, éditions "omnibus")


 

Villa Léandre

La Villa Léandre est un endroit à part dans le 18e arrondissement de Paris. Située entre le 23 et le 27, avenue Junot, le calme de cette impasse, bordée de petites maisons au style anglo-saxon, étonne.

Endroit privilégié, au cœur de la Butte de Montmartre, dans le 18e arrondissement de Paris, la Villa Léandre est un lieu de calme, de discrétion, avec ses petites maisons et sa rue pavée. Elle semble hors 18e, hors Paris, hors du temps. Seuls les flashs des touristes viennent perturber cette tranquillité. Et de temps à autres, les flashs des photographes professionnels, qui apprécient particulièrement la petite impasse pour leurs séances photos. De nombreux réalisateurs de cinéma ont aussi choisi la Villa pour leurs tournages, profitant de ce cadre singulier.

Le Maquis Montmartre 6

« Jusqu’au XXe siècle, c’était le maquis ici, explique une habitante. Le terrain était sauvage, il y avait juste des petits chalets sur pilotis, sorte de bidonvilles à l’ancienne. C’était comme ça sur toute l’avenue Junot. Au bout de l’impasse, il y avait plusieurs moulins. » Durant la Seconde Guerre mondiale, l’impasse a été un lieu de tension, occupée à la fois par les soldats allemands et la résistance. « Je crois que les résistants logeaient au numéro huit, se souvient une habitante. Les Allemands eux, occupaient le numéro six. C’était un endroit un peu bizarre, un lieu de débauche. » 

Le Maquis Montmartre 7

Aujourd’hui, ce sont surtout des familles qui vivent Villa Léandre. Mais, selon une habitante, l’acteur Richard Berry habiterait toujours au numéro 2. « Les artistes qui choisissent de s’installer Villa Léandre le font pour le calme et la discrétion, souligne Béatrice Fromy-Markovitch, locataire au numéro 19 et Montmartroise depuis toujours. On ne les embête pas. Ce sont des riverains comme les autres à qui l’on dit bonjour le matin et que l’on voit tous les ans lors de la Fête des voisins. »

Le Maquis Montmartre 8

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de TititeParisienne
  • : J'ai ouvert ce blog pour vous parler de "ma ville lumière" PARIS. J'y suis née et j'y habite. Je vous parlerais de mon quartier le 19ème arrondissement, ainsi que des endroits que j'aime pardessus tout, comme Montmartre et l'Île de la Cité. Je vous parlerais aussi des expositions que j'ai vu, des concerts ainsi que des défilés de tous genres. Bienvenue chez moi ...
  • Contact

Recherche

Pages